La maire vient de décider d'annuler le conseil municipal prévu pour lundi prochain, au motif qu'il y a peu de dossiers et qu'il est donc préférable de réunir les deux conseils qui devaient se tenir les 28 juin et 26 juillet en un seul, qui aura lieu le 19 juillet. L'annulation au dernier moment des instances prévues devient un mode de gouvernement : c'est la deuxième fois cette année qu'un conseil municipal est annulé au dernier moment et de nombreuses réunions de municipalité ont connu le même sort. Il y a eu 13 conseils municipaux en 2006, 11 en 2007, 13 en 2008 et seulement 9 en 2009. L'année 2010 sera certainement celle d'un nouveau record à la baisse, puisqu'avec l'actuel report, on n'aura eu que 4 conseils entre le 1er janvier et le 1er septembre.

Pourquoi le règne de Laclais se caractérise-t-il par une telle diminution du nombre des conseils municipaux ? Selon la municipalité, il y a de moins en moins de dossiers, ce qui constitue effectivement le reflet de l'inertie chambérienne, puisque la maire et ses adjoints se contentent de gérer mollement l'existant. Certains lecteurs de ce blog pourront aussi estimer que Laclais fait tout pour passer le moins de temps possible en face de Ripart, ce qui ne peut bien sûr que nous attrister. D'autres penseront plutôt qu'en raison de ses multiples fonctions, la maire cherche d'abord et avant tout à alléger son agenda afin d'être le moins souvent possible à Chambéry. Toutes ces raisons s'additionnent et renvoient à la même réalité : celle d'une mairocratie qui ne supporte aucun débat et encore moins d'opposition.