Malgré la pluie, on a eu une bonne manif du 1er mai, avec un gros millier de manifestants. Cette année, le 1er mai a été inhabituellement animé à Chambéry, Laclais ayant décidé pour la première fois que le marché du samedi aurait lieu, malgré le caractère férié de la journée. La maire a expliqué qu'elle avait agi à la demande des commerçants, qui sont asphyxiés par les effets de la crise et la voracité de la grande distribution. L'auto-esclavage ayant toutefois des limites, c'est toutefois là un bien mauvais calcul : ce n'est pas en travaillant 365 jours par an et 14 heures par jours que les petits producteurs parviendront à survivre, mais en imposant une réforme du système de distribution qui leur permette de vivre dignement du fruit de leur travail. Au moment où le gouvernement veut nous faire travailler plus et beaucoup plus vieux, cette autorisation de tenue du marché un 1er mai constitue un bien dangereux précédent, dans lequel les patrons vont s'engouffrer pour réaliser leur programme : nous faire travailler plus pour leur permettre de gagner plus !