Ce lundi matin, à l'aube, les travailleurs du STAC vont s'engager dans un mouvement de grève qui va paralyser les transports urbain de l'agglomération chambérienne. Cette grève est liée à la gestion de Veolia qui n'a eu de cesse ces dernières années de comprimer les salaires et de recourir à la sous-traitance, afin de pouvoir ainsi dégager près d’un million d’euros par an pour ses actionnaires. Ces derniers mois, la direction du STAC a multiplié les provocations : c'est ainsi qu'après s'être attribué un salaire annuel de près de 200 000 euros, le directeur du STAC a pu oser proposer à ses salariés une augmentation annuelle de 0,1 % au titre de 2010 !

La direction est même allée jusqu'à annoncer son intention de revenir sur les reclassements prévus par le protocole d’accord signé au lendemain du conflit de mai 2009. Face à cette provocation, les travailleurs du STAC ont donc bien raison de ne pas se laisser faire et de se mettre en grève, même si cela constitue une décision difficile pour des salariés aux revenus modestes. C’est pourquoi les militants de Chambéry 100 % à gauche saluent leur combattivité et les soutiendront durant ce mouvement social, dont la direction du STAC porte l’entière responsabilité.